Réalisation de la maquette. – La gravure et la découpe de bijoux.La basse fusion étain et zamak.L’assemblage et la finition.Les traitements de surface.

La fonte à cire perdue.

Pour l’or, l’argent, le laiton et le bronze, l’acier, l’aluminium, le platine et le titane.

Le moulage.

Le modèle à reproduire est moulé en caoutchouc ou silicone. Le découpage du moule pour libérer le modèle est réalisé au scalpel.

L’injection de la cire.

De la cire chauffée à 70°C environ est injectée dans le moule. Après refroidissement, la cire peut être extraite.

Le grappage de cire.

C’est l’assemblage des pièces en cire sur une tige en cire à l’aide d’un fer à souder permettant d’obtenir un “arbre”.

La mise en revêtement.

L’arbre en cire est noyé dans un revêtement réfractaire puis déposé dans un four pour sa cuisson.

Au four, le revêtement durcit et la cire fond, puis brûle, laissant l’empreinte de l’arbre en cire dans le moule.

La cire est perdue, d’où l’appellation “fonte à cire perdue”.

La coulée.

Le moule est posé dans une chambre à vide. Le métal fondu est ensuite versé dans l’empreinte du moule tout en créant un vide autour de celui-ci . Le métal remplit l’empreinte en tombant par gravité, et en étant aspiré à travers la porosité du moule en plâtre. Pour l’acier, le titane et le platine, la coulée s’effectue par centrifugation.

Le démontage de l’arbre métal.

Après la coulée, lorsque le cylindre est encore chaud, il est trempé dans un seau d’eau froide. Cette action désagrège le revêtement et permet de sortir l’arbre métal facilement. L’arbre est ensuite nettoyé au jet d’eau haute pression puis en sableuse humide. Un passage en bain acide est parfois nécessaire pour supprimer l’oxydation. Les pièces peuvent maintenant être démontées de l’arbre avec des pinces coupantes et des scies.